Kung Fury, quand le grand n'importe quoi s'assume

Il y a deux ans, le projet "Kung Fury" aurait pu faire sourire. Réaliser un film avec toutes les références des films de série B des années 80, avec second degré, une esthétique digne des K7 de l'époque, pléthore de jeux de mots, et une bande originale signée David Hasselhof. En 2015, Kung Fury est projeté à la quinzaine des réalisateurs de Cannes, et est déjà vu plus de 7 millions de fois sur Youtube.

31 mai 2015, 12:33
Kung Fury, une demi-heure d'émotions et de grand n'importe quoi.

600'000 dollars ont été nécessaires à la réalisation de cet OVNI (Objet Visionnable Non Identifié), grâce au financement participatif lancé sur la plateforme kickstarter. Le synopsis n’est pas banal : Kung Fury, flic accro au Kung Fu, doit retourner dans le passé pour tuer Hitler, le Kung Führer. 

Un film plein d’effets spéciaux, où on y croise des T-Rex, des vikings, des plaines abandonnées et des coupes mulets, le tout sur une bande originale qui surexploite les synthés, et signée David Hasselhof. L’emblème par excellence des "eighties". Son clip avait d'ailleur créé un véritable engouement sur les réseaux sociaux. L'occasion de prouver que l'ex-sauveteur en mer de Malibu a de l'autodérision. 

Véritable success-story de David Sandberg, qui joue le personnage principal et a réalisé ce film inqualifiable et unique en son genre. Son court-métrage disponible depuis trois jours sur Youtube, compte plus de sept millions de vues, et a été produit par la maison "LaserUnicorn". 

Sur internet, le film va de paire avec l'expression WTF. On vous laisse découvrir la traduction ici.

Le film: