Réservé aux abonnés

Félix Vallotton, le mal helvète

La rétrospective qui s'est ouverte au Grand Palais à Paris montre les forces et les failles de cet artiste trop orgueilleux.
14 oct. 2013, 00:01
data_art_1877909.jpg

Au moins six autoportraits émaillent la rétrospective que le Grand Palais consacre à Félix Vallotton (1865-1925). A eux seuls, ils résument la vie de cet artiste franco-suisse résolument inclassable et qui aima cultiver le mystère tout au long d'une production pléthorique (1700 ta bleaux!).

Le premier est celui d'un jeune écorché vif au teint blafard. Il nous toise à l'entrée de ses yeux rougis de romantique neurasthénique et du haut de sa précoce virtuosité. Enfant, Vallotton a failli mourir. On l'a aussi accusé d'avoir causé sans le vouloir la mort par noyade d'un de ses camarades. On se c...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois