Réservé aux abonnés

Ecrire pour en finir

Arielle Meyer MacLeod raconte une rupture, analyse une nouvelle de Balzac et mène une réflexion sur l'écriture de soi.
08 avr. 2014, 00:01
data_art_2251428.jpg

Certains titres sont plus réussis que d'autres. "Tourner la page (avec Balzac)" émeut, parce qu'il évoque le pouvoir réparateur de la littérature. Après avoir écrit des cours de théorie littéraire pour les Universités de Genève et de Lausanne, des travaux universitaires et des dossiers dramaturgiques (pour la Comédie), Arielle Meyer MacLeod, se lance dans le récit d'une séparation, d'un "carnage". Mais comment écrire la relation, l'autre et soi? Quelle version définitive donner de faits qui, jusqu'à présent, changeaient constamment de forme, selon l'humeur qui les rappelait des méandres de l'o...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois