Réservé aux abonnés

Echange de gosses à Tokyo

27 déc. 2013, 00:01
data_art_2033079.jpg

Réalisateur japonais de la trempe de Ozu ou de Mizoguchi, Hirokazu Kore-eda est sans doute l'un des plus grands auteurs dédiés à la filiation. Dans "Nobody Knows" (2004), il filmait des frères et soeurs livrés à eux-mêmes, la faute à des conventions odieuses. Dans "I Wish" (2012), il suivait une fratrie démembrée à la suite d'un divorce. Partant, le cinéaste assortit ses tableaux de l'enfance d'une fine description de la société japonaise, révélant ses déviances, ses non-dits, ses superstitions ou les inégalités imposées aux femmes, comme dans "Still Walking" (2008) ou "Air Doll" (2010).

Prix...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois