Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Des projets à Singapour

15 nov. 2015, 23:26
/ Màj. le 16 nov. 2015 à 00:01
DATA_ART_3536897

S’il y a une chose que l’on peut dire de la Fondation Fellini pour le cinéma, c’est qu’elle est extrêmement dynamique. Son rayonnement, les liens qu’elle tisse avec l’extérieur et l’interdisciplinarité qu’elle promeut sont exemplaires.

Un travail sur quatre axes

Stéphane Marti, président de la fondation, est intarissable sur le sujet: «La Fondation Fellini opère sur quatre axes. Il y a le patrimoine, l’école, la technologie et l’économie. Le patrimoine, c’est la collection, la plus grande du monde en lien avec l’œuvre de Fellini: des objets, de la correspondance, des documentaires. Ensuite il y a l’école et la possibilité d’offrir aux élèves un cursus de quatre ans en histoire du cinéma, des cours de photographie, l’accès à un fonds exceptionnel de films. Du côté de la technologie, il y a ce que l’on fait pour les expositions par exemple, comme un iPad prêté aux visiteurs qui leur raconte, comme si...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias