Contrat signé pour la construction de l'accélérateur SwissFEL à Würenlingen

Le futur accélérateur SwissFEL de l'institut Paul Scherrer devrait voir le jour en 2016 à Würenlingen (AG).

08 févr. 2013, 12:27
Le contrat pour la construction de l'accélérateur SwissFEL, le futur laser à rayons X à électrons libres de l'Institut Paul Scherrer (PSI), a été signé jeudi soir avec un consortium de trois entreprises.

Le contrat pour la construction de l'accélérateur SwissFEL, le futur laser à rayons X à électrons libres de l'Institut Paul Scherrer (PSI), a été signé jeudi soir avec un consortium de trois entreprises. L'installation devrait être mise en service fin 2016 à Würenlingen (AG).

Le SwissFEL émettra de très courtes impulsions de rayons X, ayant les propriétés du laser. Elles permettront aux chercheurs de suivre des processus extrêmement rapides tels que l'apparition de nouvelles molécules lors de réactions chimiques, de déterminer la structure détaillée de protéines ou de mieux comprendre la composition exacte de matériaux.

Les chercheurs pourront obtenir des informations auxquelles les méthodes actuelles ne permettent pas d'accéder, note le PSI vendredi dans un communiqué. Elles pourraient déboucher sur le développement de nouveaux médicaments, de processus plus efficaces dans l'industrie chimique, de nouveaux matériaux en électronique ou de méthodes alternatives pour la production d'énergie.

SwissFEL (pour "Free Electron Laser") fera 740 mètres de long et sera en grande partie souterrain, avec un tunnel de 550 mètres et un bâtiment en surface. Les travaux débuteront en avril 2013. L'installation est composée de quatre parties: l'injecteur avec le canon à électrons, l'accélérateur linéaire, l'onduleur magnétique, composé de 26'400 aimants, et le hall d'expérimentation.

Le SwissFEL sera accessible à des chercheurs extérieurs et l'on tiendra compte des besoins des hautes écoles et de l'industrie suisses, précise le PSI. À ce jour, seules deux installations comparables sont en service dans le monde et deux autres sont en cours de construction.

Les coûts s'élèvent à 275 millions de francs et sont en majeure partie pris en charge par la Confédération. Le canton d'Argovie participe à hauteur de 30 millions.