Réservé aux abonnés

Comme un arak amer

08 oct. 2013, 00:01
data_art_1867651.jpg

Avec son quatrième opus, Charif Majdalani continue de décrypter la complexité libanaise à travers le destin d'un notable chrétien.

Aux temps de sa quiétude et de sa prospérité, on a longtemps considéré le Liban comme la Suisse du Moyen-Orient. Mais une guerre civile, longue, cruelle, fratricide, a fracassé la belle image pour la fragmenter en un puzzle confessionnel et communautaire où plus un assemblage ne joue. C'est entre la ville de Beyrouth et la plaine de la Bekaa, ce territoire d'une mémoire ravagée qu'explore avec subtilité et délicatesse Charif Majdalani dans son quatrième roman, "Le ...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois