"X-Men": Bryan Singer renonce à promouvoir son film

Bryan Singer a annoncé jeudi vouloir renoncer à participer à la campagne de promotion du dernier opus cinématographique de la saga "X-Men". Le réalisateur américain est la cible d'accusations d'agression sexuelle et il craint que ces dernières ne viennent parasiter la sortie de son film.
25 avr. 2014, 07:42
This image released by 20th Century Fox shows director Bryan Singer, right, with actor Patrick Stewart on the set of "X-Men: Days of Future Past." (AP Photo/20th Century Fox, Alan Markfield)

Bryan Singer a déclaré jeudi qu'il ne participerait pas à la promotion de son dernier "X-Men", pour éviter que les accusations d'agression sexuelle qui le visent ne viennent perturber la sortie du film. Le réalisateur américain rejette ces allégations "inventées de toutes pièces", selon lui.

Bryan Singer est accusé par un jeune homme de 31 ans, Michael Egan III, de l'avoir contraint à des rapports sexuels lors de soirées en Californie et à Hawaï à la fin des années 1990, alors que ce dernier était mineur.

Le réalisateur a souligné que la plainte déposée contre lui la semaine dernière à Hawaï était une "tentative tordue et détraquée d'extorsion", pour lui soutirer de l'argent à quelques semaines de la sortie en salles du nouveau chapitre du film, "X-Men: Days of Future Past".

Allégations "ignobles"

"Les allégations, me visant, sont scandaleuses, ignobles et complètement fausses. Je ne veux pas que ces affirmations inventées de toutes pièces ne viennent détourner la moindre attention de 'X-Men: Days of Future Past'", affirme-t-il dans un communiqué.

Selon la plainte de Michael Egan, Bryan Singer "s'est servi de son pouvoir, de sa fortune et de son statut dans le milieu du spectacle pour agresser sexuellement le plaignant mineur, à l'aide de drogues, d'alcool, de menaces et de flatteries". Le réalisateur lui aurait aussi promis des rôles de premier plan dans la série des films "X-Men".

La victime présumée a grandi dans l'Etat rural du Nebraska, s'est installée à New York, où elle a travaillé comme mannequin, avant d'aller à Los Angeles, où les invitations à des soirées se sont multipliées.

Selon son avocat, le jeune homme a également déposé la semaine dernière trois autres plaintes contre des personnalités d'Hollywood, disant avoir été impliqué de force dans un "réseau d'exploitation sexuelle sordide" dans l'industrie du divertissement.