Cinéma: la réalisatrice vaudoise Jacqueline Veuve est décédée

Jacqueline Veuve est décédée à l'âge de 83 ans. La réalisatrice vaudoise, Prix d'honneur du cinéma suisse, est morte des suites d'une longue maladie.

19 avr. 2013, 12:05
La réalisatrice vaudoise Jacqueline Veuve est décédée jeudi à l'âge de 83 ans des suites d'une longue maladie.

La réalisatrice vaudoise Jacqueline Veuve est décédée jeudi à l'âge de 83 ans des suites d'une longue maladie, a-t-on appris vendredi de plusieurs sources proches de la cinéaste. Elle avait reçu en mars le Prix d'honneur du cinéma suisse pour l'ensemble de son oeuvre.

Née en 1930 à Payerne, Jacqueline Veuve a été la première réalisatrice de Suisse romande. "C'était l'une des documentaristes suisses et romandes importantes. C'était une femme et il n'y en avait pas beaucoup à l'époque. Elle a notamment travaillé avec le Français Jean Rouch. C'était une amie", a déclaré à l'ats Freddy Buache, ancien directeur de la Cinémathèque suisse à Lausanne.

Courage

Le réalisateur Lionel Baier, qui fut son assistant, souligne aussi le "courage" qu'il a fallu à Jacqueline Veuve "pour faire une telle carrière". Il salue "une grande réalisatrice", qui "a raconté pendant 30 ans le quotidien des artisans de ce pays".

Jacqueline Veuve a été "vraiment une pionnière de notre cinéma" qui travaillait de manière "totalement unique", estime Frédéric Maire, directeur de la Cinémathèque suisse. Elle "incarne la mémoire" de la Suisse.

Jacqueline Veuve a été "une des toutes premières cinéastes documentaires de Suisse romande. Elle a aussi été une pionnière au sens féminin comme première réalisatrice qui se soit affirmé dans notre pays", a déclaré le directeur interrogé vendredi par l'ats.

La mémoire de notre pays

"Jacqueline Veuve incarne le mieux la mémoire de notre pays", selon Frédéric Maire. Elle a raconté et montré les traditions des artisans, mais aussi la petite industrie, la guerre, l'armée. "Jacqueline Veuve incarnait le mieux ce que nous sommes, au travers d'une oeuvre d'une grande diversité", juge le responsable.

Jacqueline Veuve était "totalement unique, elle avait une façon de travailler très personnelle. Elle creusait ses idées, se documentait. Pendant le film, son équipe se demandait parfois où elle allait. Mais, à la fin, sur la table de montage, le résultat était magnifique", affirme Frédéric Maire.