Courrier des lecteurs

01.09.2021Violence à l’école, c’est aussi la rentrée!

Dans un grand concert quasi consensuel, l’école semble submergée par la violence.

Cette violence ne concerne guère les enseignants qui doivent surtout faire face à des manifestations de rébellion. On ne s’étripe pas encore dans toutes les cours de récréation. Ce n’est pas en termes de crimes et délits qu’il faut penser la violence scolaire.

Mais, il faut prendre au sérieux les formes moins spectaculaires de violence que sont les «incivilités» car elles témoignent en certains lieux d’une désorganisation du monde scolaire. Ce qui empoisonne la vie de certains enseignants, ce sont bien plutôt les injures, les regards provocateurs, le bavardage incessant, le «je-m’en-foutisme», soit les diverses formes de non-respect de leur autorité et de dénigrement de leur fonction.

C’est le durcissement d’un phénomène qui n’est cependant pas nouveau: le «chahut», mais la véritable violence est celle des élèves entre eux. 

Charly Schwarz, Sierre
Top