courrier des lecteurs

Vent contraire sur l'éolien

2 juin 2013

Notre société de consommation est sur le point de «bouffer» notre petite planète bleue. Concernant l'électricité, l'évidence consiste à stopper le gaspillage tout en développant des alternatives au nucléaire qui représente un terrible danger pour tous. Dès lors, l'éolien doit se développer au plus vite. Le problème des opposants demeure purement subjectif. Pionnier des énergies douces, j'ai installé en mon ex-ferme la première éolienne du canton et vécu plus de trente ans à ses côtés (50 mètres). Pour la majorité, ces moulins à vent représentent de nouveaux joyaux dans le paysage. Pour une minorité, c'est l'inverse. On doit se poser ces questions: quel pouvoir financier a intérêt à freiner l'expansion du parc éolien? Qui finance les opposants? Pour ma part, une éolienne me relie encore plus au temps et j'apprends sur les courants et les vents. Les opposants défendent le paysage. Ils pourraient s'attaquer aux lignes électriques aériennes et à leur cortège de pylônes, plusieurs dizaines de milliers d'impacts par rapport à quelques dizaines d'éoliennes. Au fait, combien de pylônes en Suisse? Les lignes électriques aériennes sont nocives pour la santé. Les enterrer favorisera la création de milliers d'emplois. Les éoliennes ne sont ni bruyantes, ni nocives. Elles seront facilement démontables et recyclables, le jour où nous pourrons nous en passer. Alors, et compte tenu que l'émotion demeure mauvaise conseillère, j'invite les opposants à une réflexion sereine, seule garante d'agissements réfléchis. Ne devraient-ils pas changer de cibles et mettre leur énergie à un combat plus efficace et porteur? L'enterrement de toutes les lignes électriques aériennes. Pour le moment, ces Don Quichotte modernes nous font sourire dans un brassement d'air amenant plus de problèmes que de solutions... et pas le moindre kilowattheure.
par Bernard Rappaz, Saxon