courrier des lecteurs

La police n'aime pas le bleu

29 mars 2012

Assise tranquille à mon desk Metjets à l'aéroport de Sion avec vue sur les récents immeubles au coin des rues Oscar-Bider et Hermann-Geiger, je suis brusquement sortie de mes rêveries en voyant un bus de la police sur le parking, là où depuis une dizaine d'années je gare ma voiture. Bref, amende de 40 francs. Curieuse de nature, je me suis rendue à la police municipale à Sion, d'où je suis ressortie en vraie «spécialiste de la zone bleue». Aux guichets, grâce à la restructuration au sein de la police, plus d'agents en uniforme, mais d'aimables réceptionnistes. But de la restructuration: les agents ont plus de temps pour aller «sur le terrain». Pour votre information, le panneau zone bleue est là depuis une année mais, pour des raisons d'adaptation aux normes européennes, plus de lignes bleues, mais blanches pro-daltoniennes. Je cite: «... qu'est-ce que les touristes doivent penser quand ils voient ces lignes bleues?» Ah oui... J'ai payé l'amende avec le fou rire.
par Magda Dessimoz, Saint-Séverin