courrier des lecteurs

Affaire Rappaz: un dossier pourri, la justice bafouée

25 juil. 2010

Un chanvrier condamné pour trafic, blanchiment et faux. Un jugement confirmé par le Tribunal cantonal. Un recours en grâce à l'ordre du jour du Grand Conseil en novembre. Le dossier en attente au Tribunal fédéral qui n'accorde pas l'effet suspensif mais exige du Valais que "l'intégrité physique et la vie" du gréviste soient préservées. Des médecins qui refusent l'alimentation forcée. Tous ces éléments ne feraient même pas un bon feuilleton et constituent le dossier pourri du Département de la sécurité, des affaires sociales et de l'intégration du canton du Valais. Les Valaisans en ont marre de l'arrogance de Rappaz, des effets de manche des médias et du peu de courage des institutions. Le PDC du Valais romand est fâché de la décision prise par Mme Esther Waeber-Kalbermatten de céder au chantage de Bernard Rappaz et il est convaincu qu'une solution respectant les citoyens honnêtes aurait dû être trouvée par la ministre et par le groupe de réflexion mis en place spécialement. Cette décision est un fâcheux précédent. Elle bafoue l'engagement de tout un canton en matière de lutte contre la! drogue et elle démontre le peu de moyens de la magistrate face à un déséquilibré prêt à toute extrémité. Rappaz (...) doit purger sa peine. Il est temps qu'il arrête de manipuler toute la République! Mais pour cela, les institutions doivent être au service de ceux-celles qui doivent faire appliquer la loi et les peines. Le PDC condamne la décision prise par Mme Esther Waeber-Kalbermatten, plus solitaire que jamais, et dénonce le manque de coordination et de réalisme de la part du Tribunal fédéral ainsi que le retrait prudent des médecins.
par PDCVr, Fabienne Luyet, sg