Courrier des lecteurs

20.05.2021un certificat pour bannir

Le vaccin Covid-19 n’est pas obligatoire, on nous l’assure. Il est un des moyens de se protéger individuellement contre les agressions du virus. Par une propagande sournoise, ce vaccin devient un geste héroïque et solidaire, conditionnel d’un sésame pour retrouver la vie. On donne une gommette au valeureux citoyen qui offre la virginité de son épaule, ce qui fustige le mauvais citoyen qui ne retrousse pas ses manches. 

Quelle que soit la raison qu’une personne ne se vaccine pas, il n’y a pas de justification pour la bannir de la société. La Constitution, avec ses droits fondamentaux et le respect de la personnalité doit toujours rester la référence. La libre circulation n’existe plus, le droit de vivre dans son propre territoire est bafoué. Sommes-nous devenus fous?

L’accès aux services publics, aux services administratifs, aux commerces, aux cafés-restaurants, aux lieux de culture, de loisirs, de sport doit rester inaliénable, sans aucun certificat ou passeport de privilège. Il en va du salut de notre démocratie.

L’enjeu est l’immunité collective. Celle-ci ne peut être l’otage d’une inclination à la ségrégation, à l’exclusion. La vie possible pour les méritants, le désert pour les non-vaccinés, non-testés. A quand l’obligation de la crécelle pour ceux qui n’ont pas de sparadrap sur l’épaule ou qui n’ont pas passé sous le joug du coton-tige dans le nez? Je ne veux pas une société qui catégorise, qui divise et qui réinvente des frontières et des barbelés.

Pierre-André Milhit, 1950 Sion
Top