Courrier des lecteurs

26.04.2021Tous ensemble, c'est possible !

Dès le début du mois d’avril, des banderoles contre les initiatives pour l’interdiction des pesticides de synthèse et pour une eau potable propre sont placées bien en vue sur des bâtisses et engins agricoles, ainsi qu’en bordure des champs. Un tel empressement à défendre l’utilisation de produits dont personne ne peut ignorer la toxicité persistante me laisse perplexe.

En tant que professionnel, vivant du produit de la terre, comment peut-on refuser l’occasion de sortir de manière globale et coordonnée de cette impasse qui entame inexorablement le capital biologique des générations à venir? Seuls devant la tâche, paysans et paysannes, vignerons et vigneronnes peuvent hésiter à se lancer dans des modes de culture bio qui ne leur sont pas familiers. Huit mille exploitations suisses ont déjà fait ce choix avec succès. Elles ont accumulé des années d’expérience qu’elles sont prêtes à partager.

Pourquoi ne pas saisir l’occasion d’amorcer le virage qu’il faudra de toute évidence faire pour préserver la santé de tous et les conditions de vie de nos descendants? C’est bien connu, tous ensemble, nous sommes plus forts. Ces initiatives offrent l’avantage de coordonner un objectif sans pesticides dans tous les secteurs agricoles, et de toute la filière, du champ à l’assiette. Imposer un tel virage, au travers de notre Constitution, offre l’avantage d’entraîner de fait des mesures de soutien et d’accompagnement de la part de la Confédération. Le monde agricole ne sera pas seul. En effet, imposer un type d’agriculture signifie encourager et coordonner la recherche et l’innovation dans la voie choisie, allouer des primes et subventions et réglementer les importations.

Ensemble, c’est possible, ne cautionnons pas les dégâts; votons oui à ces initiatives, nos descendants et descendantes nous diront merci. 

lavanchy christiane, 1872 Troistorrents
Top