courrier des lecteurs

Socialisation des pertes?

10 janv. 2008

"Socialisation des pertes" telle pourrait être la devise du chef du Département de la santé du canton en l'affaire de la Rheuma de Loèche-les-Bains. Il faut rappeler que le département a récemment proposé au grand Conseil un décret tendant à l'achat par l'Etat des immeubles et autres propriétés de la Rheuma en vue d'intégrer cet établissement de réhabilitation au RSV. Un prix à l'ordre de 17 millions a été proposé pour une acquisition censée maintenir les quelque 170 postes de travail. Bien que depuis quelques années, la gestion de l'institut s'avère fort déficitaire, la presse haut-valaisanne n'a pas manqué de relever que l'idée du Département de la santé se révélait fort opportune puisque notamment, elle procurait à l'Etat des surfaces sises au centre de Loèche-les-Bains tout en maintenant des emplois! Las, lors des débats du Grand Conseil, l'entrée en matière sur le décret présenté a été refusée notamment en raison du fait que l'institut ne répondait pas aux besoins actuels et futurs du RSV. Le quotidien haut-valaisan a dès lors stigmatisé l'attitude des députés qui avaient – à juste titre – refusé le projet. D'ailleurs, peu de temps après l'issue du scrutin, le chef du Département de la santé a fait savoir qu'une vente partielle de l'établissement à un tiers pouvait fort bien être envisagée qui apporterait les fonds nécessaires à ses gestionnaires en vue d'éviter la faillite et sauvegarder ainsi quelques places de travail. On est dès lors en droit de se demander si l'initiative d'une négociation préalable avec des privés n'aurait pas dû précéder la solution simpliste du rachat par l'Etat de tout le complexe à des conditions fort onéreuses pour les finances publiques. Dans cette optique, le refus du Grand Conseil doit être salué comme ils se doit!
par Pierre de Chastonay, Sierre