courrier des lecteurs

Plan hospitalier: BE-JU-NE et Valais, même combat?

3 avr. 2009

Alors que le Jura bernois prend le contrepied de ses deux voisins et du Valais en défendant ses petits hôpitaux de Moutier et de Saint-Imier qui sont dans les chiffres noirs, le Jura, Neuchâtel et le Valais concentrent, globalisent et démantèlent en perdant de vue que la qualité des soins ne suit pas malgré ce qui est dit haut et fort. Paradoxalement c'est tout le contraire qui se passe, car on ne décrète pas la compétence par une décision gouvernementale, mais on la fait naître par des mesures incitatives autres que celles proposées par nos trois directeurs des hôpitaux JU, NE et VS, qui visiblement sont tous formatés par le même disque dur. Saint-Imier annonce par exemple des naissances en forte hausse! La classe politique répond présent à des arguments qui sonnent bien mais qui font l'impasse sur les besoins fondamentaux de leurs citoyens. Les manipulations d'opinion répétées des pouvoirs publics sonnent le glas de toute réflexion, de tout débat d'idée. On applique le dogme et malheur si un groupe parlementaire se démarque de la ligne tracée par le gouvernement. On multiplie les postes administratifs, on surveille, on menace, on punit les récalcitrants. Triste bilan qui tue dans l'œuf tout l'enthousiasme de nos futurs jeunes soignants. Les dégâts collatéraux des technocrates sont incommensurables en termes de gâchis humain et financier. Faudra-il fermer les écoles de gestion hospitalière? Un audit dans le terrain des MPR (médecin de premier recours) permettrait de mesurer l'étendue des dégâts et le fossé d'incompréhension qui sépare les soignants et le politique. Il n'a jamais été fait! De nouvelles forces politiques valaisannes récemment élues vont peut-être changer la donne. Qui mettra fin au dialogue de sourds? Qui sera le maître-d'œuvre en transposition didactique? Les nouvelles chaires genevoises et vaudoises de médecine de premier recours? On n'y croit plus. La voie juridique? La rue? Une initiative cantonale contraignante? Un site web des MPR? Les idées et les espoirs ne manquent plus.
par Dr Philippe Wacker, MPR, Sapinhaut