courrier des lecteurs

La mise en terre de l'urne

2 nov. 2012

À propos de l'article du «Nouvelliste» du 30 octobre 2012 sur la crémation, pages 2-3 En complément de l'article sur l'incinération, où il était affirmé que dans un tel cas «la célébration religieuse se terminait à l'église et qu'il n'y avait plus rien après», précisons que le nouveau Guide pastoral francophone «Dans l'espérance chrétienne» (à la rédaction duquel j'ai eu la joie de participer pendant six ans à Paris) prévoit un accompagnement rituel pour le départ du corps à la crémation, pour la remise de l'urne cinéraire à la famille et surtout une célébration au cimetière pour le dépôt de l'urne, soit en terre dans la tombe familiale, soit dans le colombarium. Pour l'ensemble du processus de deuil, les rites, les paroles et les gestes sont indispensables, et les Églises chrétiennes s'emploient à en offrir aux familles endeuillées pour les accompagner au mieux.
par Abbé François-Xavier Amherdt, professeur de théologie à l'Université de Fribourg, Villars-sur-Glâne