courrier des lecteurs

A propos d'un islam pluriel

28 janv. 2010

Je m'arrête rarement à la rubrique RELIGIONS du "Nouvelliste" sauf si mon attention est captée par un article sur l'histoire des religions. Ce samedi 16 janvier 2010, l'interview de l'historien des religions, M. Grégoire Sommer intitulé: Un islam pluriel, a retenu mon attention. Je n'ai rien à reprocher à son article si ce n'est son approche timorée et consensuelle de l'islam. De fait on y apprend qu'il y a plusieurs écoles islamiques et que l'interprétation du Coran n'est pas la même partout. Votre article, M. Sommer, reflète surtout le consensus et vous voulez nous convaincre que certaines écoles islamiques auraient la capacité de s'adapter à notre ordre juridique, ce que je doute. A ce sujet, plutôt que nous expliquer le verset 2: 239 sur la manière de prier, verset qui ne pose aucun problème à personne, j'aurais aimé vous voir donner l'interprétation du verset Hégirien, 4: 34 de la sourate: Les femmes, dont voici la traduction: Les hommes s'élèvent au-dessus des femmes parce que Dieu a favorisé certains par rapport à d'autres, et aussi à cause des dépenses qu'ils font de leurs fortunes. Les femmes vertueuses sont dévouées, et gardent le secret, que Dieu garde. Celles dont vous craignez la désaffection, exhortez-les, abandonnez-les dans les couches et frappez-les. Si elles vous obéissent, ne recherchez plus de voie contre elles. Dieu est très élevé et grand! (Traduction: Sami Awad Aldeeb Abu-Sahlieh) Il paraît évident qu'on ne peut faire plusieurs interprétations de ce verset, qui par ailleurs conditionnent toute la problématique de la place de la femme dans l'islam et en particulier sa soumission. Mais il y aurait bien d'autres versets sur lesquels on aurait envie de vous lire et connaître vos interprétations. Je pense en particulier au H 9: 5, dit le verset du sabre, dans la sourate: Le Revenir, dont voici la traduction: Une fois écoulés les mois interdits, tuez les associateurs où que vous les trouviez. Prenez-les, assiégez-les et restez assis aux aguets contre eux. Si ensuite ils sont revenus, ont élevé la prière et donné l'aumône épuratrice, alors dégagez leur voie. Dieu est pardonneur et très miséricordieux! (Traduction: Sami Awad Aldeeb Abu-Sahlieh). Ce verset, dit du sabre, abroge quantité de versets consensuels du Coran. Il ne laisse pas le choix aux mécréants ou à ceux qui contesteraient le Coran. Ainsi, il est démontré que déjà, avec ces deux versets du Coran, l'islam n'est pas compatible avec la charte des Droits de l'homme (égalité homme-femme et liberté de culte). Et je pense qu'il est utopique de croire que l'islam a la capacité de s'adapter aux valeurs occidentales et helvétiques comme vous le pensez, Monsieur Sommer, le Coran étant loi divine, donc de prééminence absolue. Je pense plutôt que l'inverse risque de se produire sur pression toujours plus forte de l'islam soit, l'introduction de valeurs coraniques ou parties de la charia dans notre législation.
par François Pont, Veyras