Courrier des lecteurs

21.05.2021Produits phytosanitaires et vaccin Covid

Les produits phytosanitaires sont considérés à tort par les citadins comme des destructeurs de la nature. Ces bobos déconnectés de la nature qui n’ont rien entrepris contre le bétonnage du dernier mètre carré à proximité de leur habitat et qui croient que les légumes poussent dans les étalages de la distribution veulent imposer aux agriculteurs et aux régions périphériques des méthodes de production agricole qui menacent leur survie. Ces traitements sont à l’agriculture ce que les médicaments sont à la médecine. Or, dans le domaine médical, personne ne considère les antibiotiques comme un pesticide pour le corps humain. 

A une époque où de nombreux citoyens courent après le vaccin Covid, dont les effets secondaires sur la flore intestinale sont encore mal cernés, on s’acharne sur les doses très réduites et strictement indispensables de produits phytosanitaires qu’utilisent les agriculteurs pour éviter la perte de plus d’un tiers de leur récolte. On voudrait tuer la paysannerie suisse qu’on ne s’y prendrait pas autrement! C’est le paysan que l’on pointe du doigt!

Si le 13 juin les deux initiatives écolos passent la rampe, le degré d’autosuffisance alimentaire de la Suisse baissera sensiblement et nous devrons importer de plus en plus de denrées étrangères produites dans des conditions bien pires qu’en Suisse. Certes, on nous dit qu’on n’importera que des produits bios. Or, les critères du bio en UE correspondent justement à la production normale de chez nous, celle que nous allons tuer en voulant la sur-réglementer.  

Conclusion: si nous voulons sauver l’agriculture suisse et conserver nos pharmacies, il faut que nous votions 2 fois non aux initiatives écolos le 13 juin.

Michel Jacquod, vigneron-encaveur à la retraite, Sierre
Top