courrier des lecteurs

Entre isolationnisme et inhumanité

20 déc. 2013

Que penser de cette énième initiative de l'UDC intitulée «contre l'immigration massive»? Pour ma part rien de bon car une fois de plus, c'est essayer de mettre la Suisse dans une situation d'isolement face aux pays qui nous entourent. C'est aussi, et de façon récurrente, ne pas respecter la démocratie: le peuple a maintes fois voté pour les bilatérales, a accepté les accords de libre circulation des personnes. (art.121 a al. 1 et 4 nouveau). Or cette initiative met en péril les accords bilatéraux, elle instille le doute face à nos parlementaires qui ne seraient pas aptes à prendre les bonnes décisions. Dernièrement, en compagnie de quelques députés de Suisse romande, dans le cadre du Forum interparlementaire romand (FIR), j'ai eu le privilège d'entendre, lors d'une conférence, notre ambassadeur de Suisse à Bruxelles, M. Roberto Balzaretti. Ce dernier a souligné l'importance pour notre pays d'avoir des relations constructives avec l'UE et a rappelé que notre économie en dépend grandement: 1 franc investi dans l'UE rapporte 2 francs à la Suisse. Un autre point de cette initiative me paraît grave et tendancieux: elle ne fait plus de différence entre le demandeur d'asile et celui qui vient pour travailler, immigré ou frontalier (art. 121 nouveau): on ne peut décemment pas lier ces différentes conditions dans une même loi, c'est faire fi des situations personnelles des demandeurs, c'est carrément refuser d'admettre que des êtres humains en souffrance et en danger ont besoin d'aide, et pour le surplus, c'est attaquer notre tradition humanitaire. Lorsque j'ai lu l'argumentaire des initiants, qui affirment qu'il faudra limiter l'immigration car bon nombre d'étrangers vivent confortablement de l'aide sociale, je ne sais s'il faut en rire ou en pleurer! En effet, comment peut-on vivre confortablement avec 986 francs par mois pour une personne (loyer et caisse maladie non compris, normes CSIAS) en Suisse? Personnellement je qualifie cela de situation précaire. La Suisse est un pays ouvert, souvent un modèle pour le reste du monde, je souhaite qu'elle le reste, je refuse qu'elle devienne un pays isolé, recroquevillé et sans humanité! Pour toutes ces raisons j'invite mes concitoyens à voter avec conviction NON le 9 février 2014 à l'initiative UDC «contre l'immigration de masse»! Christine Ecoeur, députée suppléante PS, Monthey
par Ecoeur Christine, députée suppléante PS, Vouvry