courrier des lecteurs

Enfants, attention dangers !

22 févr. 2012

Ces derniers mois, une commission du Conseil des Etats, une commission du Conseil National et le Grand Conseil ont pris des dispositions très surprenantes. Du fait que ces dernières vont dans le sens de la pensée journalistique de gauche, majoritaire dans ce métier, aucun média ne s'en offusque. Il y quelques mois, au niveau fédéral, on étudiait un assouplissement de la répression des actes incestueux. Le groupe UDC du Grand Conseil valaisan a déposé une résolution (la résolution est une requête écrite invitant le Grand Conseil à s'exprimer sur des évènements importants) pour dénoncer cette mesure. Cette résolution a été acceptée par le Grand Conseil et notre message a été transmis au niveau fédéral. Le 16 novembre dernier, le Grand Conseil accepte le concordat qui autorise la plantation de quatre plants de chanvre. Même si ces plants ne seront théoriquement pas susceptibles d'être fumés, le message envoyé à nos jeunes et aux consommateurs est catastrophique, au contraire du bon sens, et les Rives du Rhône, la Villa Flora et l'hôpital psychiatrique de Malévoz peuvent prévoir quelques places supplémentaires. La même semaine, une commission du Conseil des Etats accepte le fait que des personnes homosexuelles puissent adopter des enfants! Durant toute la campagne sur le PACS, les lobbys homosexuels promettaient haut et fort qu'ils ne désireraient en aucun cas la possibilité d'adoption. Foutaise, mensonges, tromperies de leurs part ; le saucissonnage est bien monté. Je ne peux admettre et refuserai juste qu'à la fin de mes jours l'inceste, la dépénalisation de la drogue et l'adoption pour les homosexuels. Et si cela devait arriver, je me battrai avec force et conviction pour un retour en arrière (ou plutôt un retour au bon sens), et cela pour le bien des enfants et de notre jeunesse, pour ceux qui sont les plus vulnérables. Je souhaite que nos politiques ne se laissent pas endormir par la fumée du chanvre et qu'ils combattent à nos côtés sans parti pris, mais juste avec le sens du devoir et des responsabilités.
par Pellouchoud François, député-suppléant UDC, Fully