Courrier des lecteurs

30.05.2021Permis de traiter donné aux professionnels responsables

Il faut savoir que les professionnels des métiers verts sont au bénéfice d’un «permis de traiter» obtenu à l’issue d’une formation pointue sur les traitements phytosanitaires et sanctionnée par un examen sélectif. Les agriculteurs sont donc formés et responsables. Leur fibre verte et leur respect de la nature ne sont plus à démontrer car la protection de l’environnement et de la biodiversité fait intégralement partie des prestations écologiques requises. Les traitements qu’ils appliquent sur leurs cultures et pour la santé de leurs animaux de rente sont indispensables à la qualité et la quantité de leurs productions. Ce sont des opérations ciblées et réfléchies en fonction d’une maladie ou d’un ravageur. Ces traitements biologiques et utilisés en production intégrée permettent aux consommateurs d’acheter des denrées locales saines, sûres et de première qualité.

En Suisse, les normes de production sont extrêmement restrictives, les plus sévères au monde. La liste des substances autorisées a diminué de 80% ces dernières années. La recherche agronomique progresse sans cesse et met à disposition des produits toujours plus doux. 

En outre, les stations fédérales agricoles élaborent des variétés de plantes résistantes aux maladies. Des solutions alternatives aux traitements sont testées également (robot de sarclage, etc.)

Actuellement, interdire l’utilisation totale de produits phytosanitaires aux professionnels qui nourrissent la population ou entretiennent le paysage les prive d’un outil de travail indispensable. Cette mesure irréaliste prônée par les deux initiatives phytos extrêmes est un non-sens dangereux pour la sécurité et l’indépendance alimentaire de la population, 

Pour la survie de notre agriculture et le maintien de nos paysages, votons deux fois non. 

Benoit Tinguely, 1981 Vex
Top