courrier des lecteurs

Pas de contradiction écologiste au bois de Finges

14 avr. 2010

e me permets de réagir au courrier de M. José Marka ("Le Nouvelliste" du 10 avril), visiblement bien mal informé au sujet des travaux qui vont être entrepris dans la forêt de Finges. Celui-ci reproche aux défenseurs de l'environnement de vouloir procéder à une éclaircie forestière dans la zone alluviale du Rottensand. En effet, ce biotope unique en Suisse est victime depuis une trentaine d'années de l'avancée de la pinède, qui rend impossible la nidification de plusieurs espèces rarissimes telles que le bruant ortolan ou l'engoulevent. Or, cette progression est, dit-il, "vraiment naturelle". En est-il bien sûr? Si M. Marka avait pris la peine de se renseigner, il aurait sans doute pu s'épargner l'effort d'accuser les écologistes de contradictions. Si la plaine du Rottensand évolue en forêt, c'est en raison de la digue construite en amont dans les années 60, qui isole le Rottensand de la dynamique alluviale. L'avancée de la pinède qui en résulte n'a donc rien de naturel et est due uniquement à l'action de l'homme. Ainsi, aujourd'hui, les steppes alluviales si originales du Rottensand sont réduites au quart de leur superficie initiale et d'importantes quantités d'insectes, de plantes et d'oiseaux rares en souffrent. Il est grand temps que nous prenions enfin conscience de la valeur de ce biotope fragile et que des mesures soient prises pour lui redonner un coup de jeunesse.
par Jérémy Savioz, Les Jeunes Verts, Noës