10.12.2017Oncle Picsou, président de commune

Plus de 20 000 francs bruts par mois, plus d’un million de francs sur une législature complèt ; il n’y a pas à dire, être président de la ville de Sion, ça paye. L’enquête sur les revenus des chefs des exécutifs communaux romands qu’a publiée la RTS sur son site dimanche 10 décembre (enquête diffusée au téléjournal le même soir) est tout bonnement effarante. S’il ne fait aucun doute qu’une telle fonction demande énormément de temps et d’investissement, les montants interpellent, surtout lorsqu’il s’agit d’argent public.

Mieux, l’on est face à un particularisme valaisan. Le Valais est, en effet, à la fois le canton qui paie le mieux ses chefs communaux, mais aussi celui qui rechigne le plus à communiquer ses chiffres. Le régime présidentiel valaisan et les deniers publics qui tombent massivement dans la poche de nos élus se doivent d’être interrogés par la société civile. L’enquête de la RTS est à saluer.

Et, ô surprise! La commune de Leytron et son président, M. Martinet, ont refusé de communiquer à ce sujet. Pourtant, que fallait-il attendre de plus d’une commune minée par les conflits internes et l’immobilisme? Le président Martinet, aussi directeur de fiduciaire, n’est sûrement pas à plaindre; sa population, un peu plus. Lorsque l’on sert le peuple (leytronain ou valaisan), la transparence, le bon sens et l’honnêteté sont une obligation.

Top