Courrier des lecteurs

02.02.2021Nous, peuple valaisan... ou russe... ou autre...

Nous avions appris, avant l’élection de la constituante, que pour former cette institution politique chargée de donner corps à un Etat politique, il fallait que les citoyens ne soient pas des politiciens. Et c’est ainsi que l’acte éminemment politique qui consiste à organiser la cité, la polis, est effectué par des citoyens apolitiques qui, une fois élus à la suite d’un processus politique, sont dotés d’un mandat politique qui permet à des politiciens qui ne sont pas des politiciens de faire de la politique qui n’est pas de la politique. Ou l’inverse.

Cela nous avait réjouis.

La consultation menée par la constituante aujourd’hui est tout aussi réjouissante. En effet, si des acteurs institutionnels valaisans sont consultés via une plate-forme numérique et doivent entrer un code pour pouvoir remplir le questionnaire, n’importe qui peut aussi remplir le questionnaire numérique. Et ce, de manière anonyme.

Or, si n’importe qui peut, n’importe où dans le monde, remplir anonymement le questionnaire numérique, on se réjouit de savoir comment seront analysés les résultats d’une consultation du peuple valaisan à laquelle peut répondre le monde entier. 

Jean-charles Zay, 1950 Sion
Top