03.06.2019Monthey devient transparente!

Ma commune devient transparente. Enfin! Monthey corrige le tir en matière de transparence (si j’en crois «Le Nouvelliste» du 1er juin). Cette démarche vers plus de transparence mérite d’être saluée. Mais je ne peux pas m’empêcher de m’interroger à haute voix. Pourquoi arrive-t-elle si tard? Et pourquoi sous la contrainte?

La loi cantonale LIPDA date de 2011. Elle exige de toute autorité détenant des données personnelles qu’elle constitue un registre des fichiers. Pas sorcier, me direz-vous? Eh bien, à Monthey, les autorités ont attendu huit ans avant d’appliquer cette loi. Il a fallu le dépôt d’un postulat au conseil général, l’ouverture d’une procédure administrative par le préposé à la protection des données et la publication d’une enquête sur un blog citoyen pour que la deuxième ville du Valais daigne enfin se mettre en règle.

Cette lenteur crasse à appliquer une loi cantonale me choque et frise le ridicule. Mais, c’est bien connu, le ridicule ne tue pas! Il n’en reste pas moins que cette avancée en matière de transparence communale marque la fin d’une époque. Révolu, le temps où une administration locale, un élu, une direction d’école peut refuse l’accès à un document officiel, sous prétexte qu’il n’est pas destiné aux citoyens ou que sa lecture n’est pas aisée. La transparence balaie ces arguments, comme ceux qui s’opposent à elle! Gageons qu’à Monthey le conseil communal ait enfin pris conscience de l’importance de la transparence.

Ce n’est pas un gadget de juristes utilisé à mauvais escient par quelques citoyens trop curieux. Non! La transparence est un outil essentiel au service d’une démocratie vivante et participative. Les autorités n’ont pas d’autre choix que de l’accepter. Quant aux citoyennes et citoyens de ce canton, il leur appartient de s’investir pour faire progresser cette transparence à l’échelon local. Ça pourrait être l’un des thèmes des prochaines élections communales? La balle est dans le camp citoyen!

Top