Courrier des lecteurs

27.09.2020«Loi sur la chasse», «Lex Weber», «LAT-II»: punitions collectives!

En démocratie, la majorité a raison. Et dans le passé récent, la majorité des électeurs helvétiques a fixé une ligne rouge. Celle de la confiance dans nos autorités exécutives.Que ce soit en matière de constructions de résidences secondaires, d’aménagement du territoire ou, comme le 27 septembre 2020, en matière de régulation du loup, le peuple suisse a clairement démontré qu’il ne faisait pas confiance dans notre Conseil d’Etat.

En effet, le résultat des votes ne dépend que de quelques milliers de voix, provenant d’indécis qui se forgent une opinion non sur le fond du sujet, mais sur la confiance dans les autorités qui ont la charge d’appliquer ces lois. Et là, force est de constater que la gestion «particulièrement non professionnelle» et les errements de nos dirigeants actuels font pencher la balance des indécis dans le camp opposé à la majorité des Valaisans.

Ainsi, c’est toute la population valaisanne qui subit la punition collective, car les lois de limitation de la construction en montagne sont à mon avis trop rigides et il y a un vrai besoin de gestion plus pragmatique pour la régulation du loup. Donc, soit le canton reste accroché à ce type de gouvernement qui mène le canton dans le mur, soit il place à sa tête des dirigeants dignes de confiance, vis-à-vis non seulement de son électorat, mais également de nos amis confédérés.

Faut-il rappeler que les amis confédérés tiennent à flot les finances cantonales à l’aide 760 000 000 francs de subventions annuelles au titre de la péréquation financière fédérale?

«Ne mords pas la main de celui qui te nourrit.»

Joel Rossier, ancien chef du Service de l'environnement, 1895 Vionnaz
Top