Courrier des lecteurs

20.08.2021L’élection proportionnelle avec garantie régionale

Les idées innovantes adoptées sous forme de principes par la constituante après deux ans de travaux se sont vues renforcer ce printemps par la consultation populaire. Parmi les propositions clairement exprimées, l’élection à la proportionnelle d’un Conseil d’Etat à sept membres (actuellement les cantons ont tous cinq ou sept membres) avec garantie d’un siège par région (Haut, Centre et Bas) est la clef de voûte nécessaire de la nouvelle Constitution. Elle permettra de pérenniser la représentativité et la pluralité du gouvernement.

Dans une élection proportionnelle les quotas régionaux posent cependant des défis car, dans l’absolu, proportionnelle et quotas sont incompatibles. Pour y remédier, certains cantons ont adopté des formules plus ou moins heureuses, parfois peu compréhensibles.

Rappelons en comparaison que nos conseillers nationaux (sept sièges depuis 1943, huit depuis 2015) sont élus à la proportionnelle et que la liste de nos représentants au Conseil national montre que les trois régions ont été représentées à chaque législature depuis 1943, à l’exception de deux ans durant la période 1963-1967. Dès lors, l’attribution d’au moins un siège gouvernemental par région doit rester garantie par la Constitution à venir.

Pour assurer un siège à chacune des trois régions, on pourrait agir ainsi: au cas exceptionnel où la simple application de la proportionnelle devait priver une région de siège, alors dans cette région serait élu le candidat ayant obtenu le score cantonal le plus élevé de cette région; les autres sièges seraient attribués selon le système proportionnel normal en intégrant dans le calcul de répartition le siège déjà décerné.

Cette manière élégante de procéder aura le mérite de la simplicité tout en prenant en compte la proportionnalité et le respect des régions. 

Raymond Berclaz, 1950 Sion
Top