Courrier des lecteurs

20.05.2021Le pêcheurs disent deux fois oui

La Fédération suisse des pêcheurs amateurs recommande de voter deux fois oui aux initiatives anti-pesticides de synthèse. Une décision logique qui fait suite à ce constat: les poissons disparaissent des cours d’eau traversant des zones agricoles, car les insectes d’eau absents, les poissons perdent l’essentiel de leur nourriture.

On peut se poser la question de ce qu’il va se passer si ces initiatives sont rejetées. En effet, il est à craindre que l’agriculture conventionnelle interprète un refus pour un feu vert au tout chimique durant ces vingt prochaines années.

Combien faudra-t-il encore de morts (divers cancers, maladies de Parkinson et d’Alzheimer, etc.) avant que nous ne soyons obligés de prendre l’alternative du bio? Bio-Suisse recommande de voter oui à l’initiative contre les produits chimiques de synthèse malgré ses craintes de l’effondrement prévu des prix du bio. Or les agriculteurs en reconversion auront le large délai de dix ans si l’initiative est acceptée. Le canton du Valais vient d’octroyer un soutien financier à l’achat de machines à désherber pour les arboriculteurs décidant d’abandonner les désherbants chimiques de synthèse. D’autres aides sont envisageables.

Une Suisse sans produits chimiques de synthèse serait très attractive pour les millions de touristes adeptes du bio. Face au danger, on ne peut adopter de demi-mesures, sachant que ces produits peuvent se révéler toxiques à doses homéopathiques et que l’on ne connaît toujours pas l’effet cocktail de différents produits mélangés! Il n’est donc pas extrême mais plutôt sage de décider un abandon total dans les dix ans!

Actuellement, l’important soutien financier de l’industrie agrochimique dans la campagne du non met à mal notre démocratie, car trop souvent c’est le camp des plus riches qui va influencer le vote!

N’hésitez pas! Pour nos enfants, pour l’avenir et la biodiversité, votons responsable, votons oui deux fois.

Bernard Rappaz, 1914 Isérables
Top