Courrier des lecteurs

22.07.2019Le malheur de deux aiglons en détention

J’ai été outré par l’article paru dans «Le Nouvelliste» du 13 juillet. Cela concernait deux aiglons entravés par des chaînes et détenus en captivité chez un garde-chasse. Je ne connais pas les circonstances qui ont amené ces deux aiglons chez cette personne. Depuis plusieurs dizaines d’années je suis un peu l’évolution de ces majestueux rapaces dans notre canton. 

Pour ces deux oiseaux deux solutions s’imposaient. Si ces aiglons n’étaient pas encore en mesure de voler et que l’on connaissait l’emplacement de l’aire, ils auraient dû être préalablement nourris puis déposés dans le nid où ils ont été élevés. Sans information sur leur lieu de naissance, ils devaient être acheminés dans les plus brefs délais au centre de réadaptation La Vaux-Lierre à Etoy, comme indiqué dans l’article. Je connais bien ce centre pour y avoir emmené un épervier blessé dès son ouverture en 1986 par M. Jean-Charles Daiz. Par la suite j’ai acheminé pas mal d’oiseaux en détresse dans ce centre. 

Au lieu de cela, comme on peut le voir sur les photos qui illustrent l’article, ce garde-chasse s’amuse à jouer les fauconniers en se baladant avec un véhicule dans lequel on peut voir l’un des deux aiglons posé sur le bras d’une personne. Si ces faits sont avérés, ce comportement est tout à fait inadmissible et doit être puni par la loi. Et l’épilogue malheureux de cette triste histoire est que les deux aiglons se seraient échappés… sans certitude aucune. Si cela est le cas leurs chances de survie s’avèrent pratiquement nulles. 

L’article révèle que cette affaire fait l’objet d’une dénonciation pénale. Il ne fait pas de doute que tous les passionnés d’oiseaux en Valais sommes impatients d’en connaître les résultats et souhaitons vivement qu’ils soient publiés. Si l’enquête confirme ces révélations, il serait bon que la presse rende publics le ou les noms des personnes impliquées.

Jacques Pache, Vernayaz
Top