17.10.2018La constituante en vert

De «pré vert» en vers, j’ai pris ma plume pour vous écrire cette prose.

Le «col vert» ou le costard ne fait pas le moine, mais sa sensibilité aux petites choses.

L’univers est notre poumon, la terre notre cœur, l’eau notre vie, apprenons à vivre en symbiose.

Le ver silencieux et travailleur creuse des petites galeries en travers pour que la terre s’aère.

La moisson échevelée, tristement courbe son échine brûlée par un été sévère.

Qu’il est doux en automne d’apercevoir divers pastels se mélanger à la toile de la vallée du Rhône pour égayer notre paysage, sans pareil.

Qu’il est doux en hiver le paysage de nos montagnes enveloppées d’un blanc manteau tombé du ciel.

Qu’il est doux au printemps de déguster de nos yeux les premières primevères et le pivert ondulant dans les nuages de laine.

Envers cette nature, nous avons une redevance, notre liberté jusqu’à perdre haleine.

On n’efface pas d’un revers à deux mains nos erreurs, mais pour nos enfants on se doit de les corriger pour sauver notre planète.

Pour réécrire cette constituante mettons le couvert dans une ambiance conviviale et de fête.

Même si le vert n’est pas ta couleur préférée, en mélangeant les teintes, on peut dessiner de Gletsch à St-Gingolph un arc-en-ciel.

Esquissons ensemble, l’avers et le revers de la nouvelle médaille dans ce vallon au parfum de miel et sans fiel. Entre nous, il faut souvent un verre pour que le contact se crée et que la chanson «Aimons nos montagnes et nos alpes de neige» retentisse à l’unisson. Alors cher(e) candidat(e), dans l’élan de ton engagement persévère pour que demain nous soyons fiers de notre canton.

Top