courrier des lecteurs

L'Etat, absolu actuel

17 déc. 2007

L'Etat est devenu à la société actuelle ce que Dieu était à la société médiévale, où rien ne se faisait sans référence à Dieu, fin dernière de l'humanité, comme actuellement rien ne se fait sans référence à l'Etat. Ceci par la socialisation et la collectivisation: deux facteurs indissociables et indispensables à la totalitarisation du pouvoir. Et l'"incarnation" de cet Etat par les politiciens nous permet de comprendre ce qu'entendait Zinoviev lorsqu'il affirmait, en substance, que la pire des choses dans le collectivisme c'est de subir les médiocres produits. Ainsi, le destin de l'être humain change fondamentalement. Il n'est plus un Dieu, infiniment grand, mais il est devenu la multitude des "petits chefs" incarnant l'Etat. On a passé de l'absolu transcendantal à l'absolu horizontal. Et la conscience de sa médiocrité explique la morosité actuelle se manifestant par dépression, drogue, suicide, violence, etc. Mais qu'importe aux médiocres qui nous exploitent. Parfaits parasites, ils ne savent que satisfaire leurs besoins mais sont totalement incapables d'en comprendre les conséquences, à savoir la mort de l'organisme parasité, entraînant leur propre perte. Incapables de prévoir, ils ne savent que planifier. Chose bien différente, car si la prévision est un acte d'intelligence à partir d'une réalité concrète, la planification n'est qu'un exercice schématique dans le cadre d'un dogme politique ou idéologique. La planification est l'orgasme intellectuel du débile mental.
par Ernest Truffer, Sierre