Courrier des lecteurs

06.11.2019«J’ai rendu la maison impeccable!»

La phrase de Marianne Maret m’a gênée. La polémique qui s’en est suivie m’a écœurée. La réflexion qui en a découlé m’a rassurée. Faire le ménage n’est ni une maladie honteuse ni un plaisir coupable. Ce n’est pas non plus une affaire de classe sociale. Pour ma part, j’apprécie de vivre dans un environnement ordonné et j’aime l’assumer moi-même en collaboration avec mon mari. Cela me structure et me libère… si si, c’est vrai! Marianne me rassure car dans les moments délicats elle ne se défile pas et elle sait mettre les mains dans «le cambouis». 

Heureusement les clichés évoluent comme la notion des jardins ouvriers, qui sont devenus familiaux avant de devenir participatifs. Aujourd’hui, pouvoir cultiver son potager devient un must. Demain, faire son ménage ne sera plus péjoratif. Ce sera une qualité sociétale écoresponsable. Ainsi la réponse de Marianne Maret prouve qu’elle n’est pas rentrée dans un moule politiquement correct et démontre une manière différente d’exercer le pouvoir. Décidément, les femmes ne sont pas des hommes comme les autres.

Fabienne Luyet, 1965 Savièse
Top