Courrier des lecteurs

14.05.2021Initiatives anti-pesticides

Le 13 juin prochain nous allons voter sur deux initiatives visant à atteindre une production agricole exempte de produits chimiques dans un délai de huit à dix ans. Ces objectifs sont réalistes, preuve en est le label Bio Bourgeon qui remplit ces conditions. Pourtant, la production biologique n’est pratiquée actuellement que par 16% des agriculteurs. Ces deux initiatives obligent donc 84% des agriculteurs à se conformer au cahier des charges bio en dix ans, ce qui est beaucoup trop court. Ce serait pourtant parfaitement réalisable dans un délai plus long.

En effet, avec une progression de l’agriculture bio de quelque 16% par année, nous atteindrions cet objectif en moins de vingt ans. Ce rythme plus lent aurait aussi l’avantage de permettre au marché de s’adapter progressivement à la conversion naturelle de l’agriculture suisse vers le bio, ce qui va forcément renchérir de manière significative le panier de la ménagère…!

Cela permettra aussi de mieux garantir le maintien de notre sécurité alimentaire, qui a été plébiscitée à plus de 78% par le peuple. En effet, l’agriculture bio produit actuellement 30% de denrées alimentaires en moins que l’agriculture conventionnelle. Ce manque de productivité devrait être facilement comblé en vingt ans avec des investissements massifs dans la formation et la recherche agronomique pour développer de nouvelles variétés de plantes plus résistantes aux maladies. L’agriculture bio peut aussi offrir de nouvelles places de travail sur les fermes et répondre à la perte des emplois dans le secteur tertiaire qui montre des signes évidents de régression. 

C’est pour ces raisons que sans rejeter formellement cet ambitieux projet de société, je voterai 2x non contre ces initiatives liberticides.

Gebhard Claude-Alain, agriculteur, 1974 Arbaz
Top