02.01.2019Fusion Bagnes/Vollèges, l'occasion ratée ?

«En onze ans, j’ai entendu mille arguments contre la fusion des communes en Entremont. Tous concernaient le passé, aucun n’empêchait l’avenir. Bienvenue dans la commune d’Entremont.» Il y a quelques années déjà ces propos de M. Jean-Albert Ferrez, ancien président du Grand Conseil, étaient rapportés par le journal «Jeunes démocrates chrétiens Entremont». Ils n’ont jamais été autant d’actualité.

Par définition district de montagne et touristique, l’Entremont doit se montrer fort et uni pour composer avec les agglomérations qui se créent actuellement en Valais. Un Grand Entremont et un Grand Martigny pour une grande région attractive et concurrentielle. Un district, une commune, ce n’est plus une utopie. Or les membres du COPIL affirment que la réflexion d’une fusion avec les autres communes du district n’est pas à l’ordre du jour, pourquoi?

Pourtant ces autres communes du district cherchent actuellement et ensemble des solutions pour une grande fusion, pourquoi ne pas les rejoindre? Par manque de solidarité intercommunale? Par crainte d’une atteinte aux ego présidentiels? L’occasion de renforcer le district se présente maintenant, elle ne reviendra pas de sitôt si nous refusons la même communauté de destins.

Il n’y a pas besoin de lire plus de deux fois le rapport de fusion présenté pour constater qu’il s’agit d’une fusion par absorption et que Vollèges serait littéralement étouffée par Bagnes. Vollèges serait assujettie à Bagnes, voire à Verbier (…) Et pourtant, il semble que Vollèges bradera son identité et son indépendance estimant que l’argent des Bagnards fera son bonheur.

A choisir entre Val-Bagnard demain ou Grand Entremontant après-demain, je souhaite soutenir ce dernier statut. Un non à cette absorption laisserait intactes de belles perspectives pour le district maintenant que l’idée de fusion est acceptée par tous. Un oui à cette fusion-ci risque de reporter aux calendes grecques l’avènement de la commune d’Entremont. Dommage pour les générations futures.

Top