courrier des lecteurs

Un cadeau de Noël pour toutes les populations civiles victimes de la cupidité des marchands de canons

16 nov. 2009

Difficile pour beaucoup d'accepter l'attitude de la Suisse durant la Seconde Guerre mondiale: pas vraiment "neutre" et plutôt très conciliante vis-à-vis du régime nazi, notamment via l'exportation d'armes en Allemagne. Pourtant, aujourd'hui encore, des tonnes de matériel de guerre suisse continuent d'être exportées dans des régions en conflit. La Suisse a exporté durant la Seconde Guerre mondiale l'équivalent de 700 millions de francs d'armes et de munitions, dont la grande majorité fut livrée aux pays fascistes de l'Axe. Notre pays aurait pu profiter de la fin de la guerre pour cesser ses exportations d'armes et ainsi redonner une certaine crédibilité à sa neutralité. Au lieu de ça, en 1967 l'entreprise Oerlikon Bührle a livré illégalement – grâce à de faux certificats – des armes au Gouvernement nigérian alors en guerre de sécession avec le Biafra. Suite à cette vente, un avion du CICR venu soutenir les populations civiles fut abattu par un canon helvétique! Semer la mort tout en tendant la main, une façon pour le moins particulière d'envisager la "neutralité". Durant les années soixante, nos autorités ont également permis l'envoi de matériel de guerre à l'Afrique du Sud, Etat alors raciste et ségrégationniste (régime de l'apartheid). Les usines Pilatus ont produit depuis des décennies – et continuent de produire – des avions aisément transformables en bombardiers grâce à un prospectus rédigé par le fabricant dans lequel est expliqué comment et où pratiquer les modifications nécessaires pour armer ses avions "civils". Dernièrement, le Conseil des Sages (?) a donné son feu vert pour la vente au Pakistan d'une vingtaine de canons antiaériens et de leurs munitions. Les avions du CICR n'ont qu'à bien se tenir! L'exportation de matériel de guerre suisse dans des régions en conflit comme le Pakistan est purement et simplement injustifiable pour une Suisse neutre et humanitaire. Si la Suisse venait à interdire l'exportation de matériel de guerre, elle enverrait un message clair au reste de la planète qui – comme ce fut le cas avec le Canada lorsqu'il avait interdit la production de mines antipersonnel sur son territoire – pourrait conduire de nombreux autres pays à lui emboîter le pas. Un sacré cadeau de Noël pour toutes les populations civiles victimes de la cupidité des marchands de canons.
par Cédric Reichenbach, Bramois