courrier des lecteurs

Retraite flexible, coûts inflexibles

18 nov. 2008

L'initiative populaire pour une retraite flexible est dangereuse et trompeuse. Dangereuse d'abord car elle alourdira les comptes de l'AVS au détriment des personnes actives de notre pays. A l'heure où le pouvoir d'achat est au centre des préoccupations, diminuer encore le salaire net des travailleurs pour financer cette dépense supplémentaire ne représente pas une solution optimale. Les coûts engendrés devront bien être supportés par quelqu'un. Et ce quelqu'un ce sont toutes les citoyennes et les citoyens de ce pays qui verront leur fiche de paie amputée de cotisations AVS supplémentaires et augmentant d'année en année. Ne parlons pas ici des augmentations d'impôts qui ne manqueront pas de survenir pour boucher les trous occasionnés par ces prestations supplémentaires. Trompeuse ensuite car l'initiative induirait de toute évidence une diminution de l'âge légal de la retraite à 62 ans et une quasi-interdiction de continuer à travailler pour quiconque le souhaiterait. Or, la réalité actuelle pousse de plus en plus d'entreprises de notre pays à se tourner vers des personnes âgées et d'expérience. L'attractivité des salariés suisses serait mise à mal et, partant, nos places de travail. Pour l'avenir économique de la Suisse, pour éviter un conflit de génération entre actifs et rentiers, pour l'avenir de nos enfants qui devront aussi supporter ces dépenses inconsidérées, pour sauver l'AVS, c'est un "non" convaincu que nous devons glisser dans l'urne le 30 novembre prochain.
par Philippe Imboden, Martigy