courrier des lecteurs

PCS VR: 1 fois OUI et 2 fois NON

15 janv. 2014

Après les débats organisés par la plate-forme Ouverture le 9 janvier dernier à Saint-Maurice, qui ont réuni une cinquantaine de personnes, le Parti Chrétien-social du Valais romand (PCS VR) a formulé ses recommandations de vote en vue des votations du 9 février prochain. C'est un OUI massif au FAIF, un NON clair et net à l'initiative populaire "financer l'avortement est une affaire privée" et un NON tout aussi convaincu à l'initiative "contre l'immigration de masse". FAIF: oui Les membres du PCS VR ont plébiscité l'arrêté fédéral concernant le financement et l'aménagement de l'infrastructure ferroviaire (FAIF). Notre pays possède un réseau de transports publics des plus performants au monde. Pour répondre aux besoins croissants de la population, ce réseau doit être entretenu et au besoin complété. Le modèle proposé pour atteindre ces objectifs a convaincu les membres qui l'ont soutenu à l'unanimité. Ils ont toutefois insisté sur la nécessité de ne pas négliger les besoins des régions périphériques. Avorterment: non L'initiative populaire "Financer l'avortement est une affaire privée - alléger l'assurance-maladie en radiant les coûts de l'interruption de grossesse de l'assurance de base" a été rejetée sans avis contraire par les membres présents. La solution proposée par les initiants toucherait en effet essentiellement une partie de la population des plus vulnérables, les jeunes femmes de condition modeste, qui ne pourront plus fonder leur décision sur des critères objectifs et qui risqueraient, pour des raisons financières, de recourir à des interventions moins bien encadrées. En voulant supprimer la prise en charge de prestations qui déplaisent à certains groupes d'assurés, l'initiative ouvrirait en outre la porte à la remise en cause du principe de solidarité sur lequel repose notre système d'assurance-maladie, ce qui est inconcevable pour le PCS VR. Immigration: non Le PCS VR est conscient que l'augmentation de la population résidente constitue un défi pour notre pays. Mais les plafonds et les contingents annuels d'autorisations de séjours pour les étrangers proposés par l'initiative populaire "Contre l'immigration de masse" ne sont pas la bonne réponse aux problèmes qui se posent. Puisque l'initiative laisse de trop nombreuses questions sans réponse et qu'elle risque de considérablement compliquer la cohabitation avec nos voisins européens en cas d'acceptation, les membres ont rejeté à l'unanimité cette initiative jugée trop simpliste.
par Pour le PCS VR: Raymond Borgeat, président, Célestin Taramarcaz, secrétaire