courrier des lecteurs

Demain je serai plus fière d'être Valaisanne

24 févr. 2009

Pour moi, l'enjeu de cette élection est clairement l'arrivée d'une première femme au Conseil d'Etat valaisan. Et rien ne me fera dévier de cet objectif. D'aucuns l'ont bien compris, d'autres par contre, certainement beaucoup moins, puisqu'ils ont pu extrapoler mes propos. Déjà avant le fameux congrès du 6 juin, je me suis battue pour cet objectif. Il est temps, selon moi, de mettre en adéquation l'engagement toujours croissant des femmes dans le monde économique, social, culturel, associatif et leur représentativité dans les instances dirigeantes de notre canton. J'y ai aussi défendu l'ouverture de la liste. Je reste intimement convaincue qu'il s'agissait aussi bien pour mon parti, le PDC du Valais romand, que pour notre canton de proposer un plus grand choix. Le but est de réduire la distance et le décalage toujours plus visible entre la population et les autorités, et cela pour redonner de l'intérêt à la politique en dehors des milieux autorisés. Malheureusement, il n'en a pas été ainsi. Je regrette encore que notre parti n'ait pas saisi cette occasion car, pour rester leader et populaire, il faut être en phase avec son temps. Cette appréciation n'est pas une critique facile du résultat du congrès et des candidats officiels du PDC du Valais romand. En aucun cas et sur quelque sujet que ce soit, il ne s'agit d'avoir des a priori. Cependant, force est de constater, qu'on le veuille ou non, qu'un candidat indépendant, M. Eric Felley, soulève la question de la pluralité des candidats et donc du choix laissé aux citoyens. Ce serait indigne du débat démocratique que de l'occulter. Sa position a aussi la potentialité, quoi qu'il se passe cette fois-ci, d'ouvrir dans le futur une piste de réflexion positive pour la vivacité démocratique. Mais, un pas après l'autre, il s'agit maintenant de réussir l'entrée au gouvernement de la première femme valaisanne. Il me semble que c'est le moment! – et je continuerai à me battre pour cela. Avec détermination, je me suis engagée à soutenir la personnalité politique féminine qui, à mes yeux, a le plus de chance d'entrer au Conseil d'Etat: Mme Esther Waeber-Kalbermatten. En effet, elle est candidate officielle d'un parti actuellement déjà représenté au gouvernement et dispose de compétences reconnues sur le plan professionnel et politique. En proposant d'inscrire son nom sur les listes, il s'agit de démontrer que le Valais puisse enfin tourner une page de son histoire et faire la preuve ainsi de sa maturité politique. C'est aussi pour moi une question d'image pour le canton qui en pâtirait grandement si cela ne devait pas se produire. Gageons qu'au soir du 15 mars prochain le nouveau Conseil d'Etat sera teinté de féminin, ce qui sera une très bonne raison... d'être fiers d'être Valaisans!
par Marie-FrançoisePerruchoud-Massy, Vercorin