courrier des lecteurs

De femme à femmes

28 janv. 2011

Je m'adresse aux femmes de ce pays en tant que femme, mère et sportive. Il y a vingt-cinq ans, j'ai épousé le chef Jeunes tireurs de la société de tir Union Fully et, par curiosité, pour comprendre quel plaisir on pouvait trouver à manipuler des armes, j'ai accepté de prendre la responsabilité du secrétariat de ladite société. Puis, un jour, par défi, j'ai essayé, réussi ma première distinction, et me suis prise au jeu! J'ai tenu mon poste de secrétaire durant quinze ans, mais je tire toujours et, durant quelques années, nous avons même mis sur pied un groupe de tir au fusil d'assaut 90 entièrement féminin, toutes mes coéquipières et moi-même tirant avec des armes empruntées à des militaires ne pratiquant pas le tir sportif. Avec l'acceptation de l'initiative, ceci ne serait plus possible, car les sdt devront déposer leurs armes à l'arsenal. Ma fille a maintenant pris le relais au sein des Jeunes tireurs de la société, mais quel avenir allez-vous lui réserver? Quant au sujet émotionnel s'il en est du suicide, je me permets de dire ce qui suit: de quel droit criminaliserions-nous les tireurs et chasseurs en leur enlevant le droit de pratiquer leur sport et hobby? Ce sont les personnes les plus aptes à manipuler une arme à feu et les plus sévères avec les rêgles de sécurité à appliquer, et ce sont eux qui devraient payer pour une personne qui a fait un choix, aussi tragique soit-il, alors, dites non avec moi à cette initiative qui ne vise en réalité qu'à faire disparaître l'armée.
par Brigitte Constantin, membre d'honneur de la société de tir Union Fully