Courrier des lecteurs

21.09.2021Egalité et acceptation

«Tolérance, intolérance… Aimer qui nous aime et qui l’on veut aimer… L’amour est à réinventer…» Nous sommes en 1895 lorsque Oscar Wilde est condamné à deux ans de prison. A cette époque, une loi de 1885 interdit l’homosexualité. Alors que l’artiste tire péniblement sa peine rythmée par les travaux forcés, il trouve le courage d’écrire à celui qu’il appelait affectueusement Bosie. Bien évidemment, leur relation fut fortement impactée et leur lien distendu par la haine que l’affaire a suscitée: on retiendra seulement que l’amour l’emporte toujours.

Ceci n’est qu’un exemple parmi tant d’autres. Cent vingt-six années nous séparent de cette histoire, il nous est donc impossible d’imaginer le nombre de personnes ayant souffert d’injustice, de discrimination et de violence en raison de leur orientation sexuelle et/ou de leur identité de genre. Alors, aujourd’hui, où en sommes-nous réellement dans la lutte pour les droits LGBTQIA+?

En Suisse, il n’est toujours pas permis pour les couples homosexuels de se marier. Concrètement, qu’est-ce que cela signifie? Pourquoi le partenariat enregistré n’est-il pas suffisant? Le partenariat enregistré ne donne pas le droit d’adopter conjointement des enfants et ne permet pas non plus d’accéder à la PMA. En cas de décès du partenaire, la rente est moins élevée et soumise à plus de conditions – dont notamment la présence d’enfants. Bien au-delà de ça, le mariage pour tous est une étape importante dans le cheminement vers l’égalité et l’acceptation sociale des personnes LGBT.

Alors, lorsque le moment de voter sera venu, souvenons-nous que la Suisse s’apprête à franchir un pas historique. Ensemble, votons oui au mariage pour tous le 26 septembre, pour que nous puissions être fiers d’avoir pris part au changement. 

Raphaële Arlettaz, 1947 Versegères
Top