courrier des lecteurs

Deux fois non à la drogue

9 nov. 2008

Modification de la loi sur les stupéfiants Menée depuis quinze ans en Suisse, la politique de distribution d'héroïne est un échec complet. La Suisse est le seul pays au monde prêt à dépénaliser une drogue. La nouvelle loi va encore plus loin en consacrant la distribution officielle de stupéfiants aux frais des caisses-maladie en l'étendant à d'autres drogues comme la cocaïne. Les primes des caisses-maladie augmentent régulièrement, certains médicaments ne sont plus pris en charge et il faudrait distribuer l'héroïne aux frais du contribuable! (Actuellement, la prescription d'héroïne équivaut à 130 millions de francs!) Les cantons perdront le contrôle et seront contraints par la loi fédérale - contre leur volonté - d'ouvrir des locaux d'injection et de distribution de stupéfiants. Les subventions prévues ne seraient sans doute libérées que là où les mesures auront été prises! Le trafic et la consommation seront encore moins poursuivis qu'aujourd'hui et l'expérience a démontré une augmentation de la population des toxicomanes et des dealers à proximité des locaux d'injection. Aujourd'hui déjà, pour la politique en matière de stupéfiants, les contribuables suisses payent plus de 4 milliards de francs à la fois par le chômage (une grande partie des toxicomanes sont incapables de travailler), l'invalidité (qui atteint rapidement un grand nombre), l'aide sociale et les maladies. Cela représente 2000 francs pour une famille de quatre personnes. C'est énorme ! La nouvelle loi officialise la dépendance alors que la seule politique acceptable est celle de l'abstinence qui permet de retrouver une dignité. Les centres à exigences élevées, comme celui des Rives du Rhône, ont fait leurs preuves malgré des moyens limités! Initiative demandant la légalisation du cannabis L'initiative propose de légaliser le commerce et la consommation des produits à base de cannabis! Même la Hollande n'est pas allée aussi loin! L'effet est garanti: - arrivée en masse des acheteurs et dealers étrangers; - incitation à la consommation d'autres drogues; - augmentation de la criminalité et de la violence. Le cannabis d'aujourd'hui est une drogue dangereuse avec de graves répercussions sur la santé: échecs scolaires et professionnels, psychoses, dépressions, hallucinations. Le cannabis n'est pas inoffensif et doit rester interdit. Le 30 novembre, les citoyens devront démontrer leur cohérence. On ne peut pas sanctionner toujours plus sévèrement la consommation d'alcool, interdire la fumée, promulguer sans cesse de nouvelles interdictions et dépénaliser la drogue! Dans ce sens, je voterai 2 x "NON" le 30 novembre.
par Anne-Marie Sauthier-Luyet, députée PRD, Savièse