Courrier des lecteurs

06.03.2021Désir et plaisir en politique

Si nous voulons réorienter nos modes de production, de consommation et de vie, la question du désir est centrale en politique. Il ne suffit pas seulement de proposer une transition vers des sociétés plus sobres, il faut aussi que cette simplification sociétale soit réellement désirée et s’accompagne d’une amélioration de qualité de vie de la population.

Il s’agirait de changer en profondeur nos systèmes de rétribution fondés sur la course à l’avoir. Ces systèmes s’appuient sur le principe de la conquête: gagner de l’argent, prendre le pouvoir, acquérir la gloire, cumuler les réussites.

Le couple «avoirs/conquêtes» est donc principalement au cœur du processus, intimement lié à la notion de plaisir.
Organiser la conquête est un élément constitutif du principe avec aussi une conséquence: la peur, celle de perdre le pouvoir, de l’argent, la gloire et les conquêtes si difficilement acquises.

Pourquoi chacune et chacun ne pourrait-il pas découvrir sa place sans opprimer l’autre?

Trouver un sens à sa vie, sans forcement amener l’exclusion? La question devrait toujours être posée en politique. 

Charly Schwarz, Sierre
Top