Courrier des lecteurs

09.03.2018Des bénéfices, mais pas pour tous

Dans son édition du 8 mars, "Le Nouvrelliste" nous apprend que la BCVs a réalisé un bel exercice 2017 avec un bénéfice net de 62 millions de francs et un résultat opérationnel de 112,3 millions. Tout cela est réjouissant, mais pour qui ?

En tout cas pas pour les usagers de la BCVs de Vouvry qui a vu son agence fermer en automne 2017, ni pour ses collaboratrices qui se sont retrouvées au chômage. Cette fermeture a créé des inconvénients importants pour les personnes âgées qui ne peuvent plus se rendre au guichet pour retirer leur argent, et n’ont pas la possibilité d’aller au Bouveret ou à Collombey vers la Satom. Tout le monde n’est pas familiarisé avec les bancomats et l’e-banking, le fait de pouvoir être aidé pour un retrait était un plus indéniable.

De plus, pouvoir avoir un interlocuteur de confiance était important pour les clients, notamment pour un service tel que celui de la curatelle officielle dont je fais partie. J’ai pu observer à quel point les personnes concernées étaient déstabilisées à l’annonce de cette fermeture.

Je déplore le fait que les dirigeants de ces grandes entreprises ne prennent pas en compte les désagréments causés par leur décision de fermeture, tout cela au regard du profit qu’ils pourraient réaliser. Ils ne devraient pas oublier que la BCVs est une société anonyme de droit public et que dans leurs statuts figure à l’art. 2 : "La BCVs offre les services d’une banque universelle conformément aux intérêts généraux du canton". Et l’intérêt général du canton, c’est aussi de se soucier de sa population.

Ecoeur Christine, 1896 Vouvry
Top