16.11.2017Constituante, attention danger !

Après plus de 100 ans, le peuple valaisan a droit à une nouvelle Constitution, pas une Constitution revisitée, mais à une Constitution résolument tournée vers ces nouveaux défis que représentent la prise en compte de l'individu dans une société en perpétuelle évolution.
A ce stade il est nécessaire de rappeler le rôle d'une Constitution; "Elle doit définir des principes clairs, des règles d’interprétation rigoureuses permettant de passer des principes aux éléments."
Sur la base principe de la séparation des pouvoirs, le législatif (députation), étant subordonné à la Constitution, ne peut lui-même être partie prenante à sa rédaction. De par ce constat, il me semble que nous cheminions vers la création d'un constituante.
Et là, le danger guète... Elle ne doit pas être apanage des partis politiques, ce serait un "Grand Conseil bis".
Cette constituante doit être le reflet de notre société, c'est un moyen inespéré pour nos concitoyens de prendre leur avenir en considération et de s'engager dans la vie du canton.
Parmi les 130 personnes qui composeront ce cénacle, les partis politiques, toujours selon le principe de subordination, n'y ont pas leur place.
C'est à des groupe de personnes constituées, autour d'un thème comme l'environnement ou l'économie, que doit être donnée la charge de rédiger cet acte fondamental. Ce qui n'exclu pas à des personnes politiques d'y participer à travers ces divers groupements. Toutefois, il faut veiller au non-cumul des mandats.

Top