Courrier des lecteurs

15.02.2018Candidature JO 2026: un problème de santé publique

Pour faire suite à plusieurs articles parus dans votre journal, concernant l'objet cité en titre, j'estime important de sensibiliser la population sur le problème de santé publique.

L'investissement de notre pays pour ce projet ne doit surtout pas être vu, seulement sur le court terme. En effet, en cette période d'augmentation des coûts de l'assurance maladie, il est de notre devoir d'essayer de diminuer les coûts de la santé, voire de les stabiliser. En 2015 les coûts de la santé ont été de 75,5 milliards de francs (selon statistique sur internet.)

Si cette grande manifestation arrive à motiver les gens à pratiquer le sport, à bouger, ce sera alors, à long terme une stabilité voire une diminution des coûts de cette santé (moins de gens obèses, moins de jeunes sur les ordinateurs, les tablettes etc.).

Des athlètes d'élite comme des Roger Federer, Dario Cologna, Didier Cuche, Sophie Lamon ou Pirmin Zurbriggen et tant d'autres motivent nos jeunes à pratiquer un sport. Ceux-ci et tous les jeunes et moins jeunes d'aujourd'hui, vont à long terme, à coup sûr, continuer à se mouvoir d'une manière ou d'une autre et ainsi diminuer les coûts de la santé de 2 à 3%. Soit plus de 2 milliards de francs par année. Je suis aussi conscient que les accidents de sports coûtent entre 700 et 800 millions de francs annuels. Donc bilan global plus que très favorable.

Pour un pays comme la Norvège, (le plus riche du monde, grâce au pétrol) le sport est un élément très important du puzzle de la santé publique. Les Norvégiens visent sur le long terme et la bonne santé de la population. Pourquoi pas chez nous? La difficulté des citoyens et surtout des politiques, est d'estimer les conséquences d'une décision dans 20 ou 30 ans plus tard.

Il n'y a donc aucun souci de soutenir la candidatures des JO 2026. J'encourage donc, chaque citoyenne et citoyen valaisan à voter oui le 10 juin prochain.

Vaudroz René, 1854 Leysin
Top