Courrier des lecteurs

13.04.2021C’est trop tard

Même si les discours d’effondrement ont beaucoup d’écho, ils sont faux. Faux de dire que nous sommes déjà condamnés. Nous avons encore le temps de faire les alignements nécessaires pour vivre dans un monde soutenable: chaque mois compte.

Il est bien sûr trop tard pour empêcher qu’il y ait des dégâts sociaux et environnementaux. Oui, c’était mieux d’agir il y a vingt ou trente ans. L’idée, c’est que plus nous agissons tard, plus cela sera catastrophique. Il serait temps de se reprendre dans le sens d’un nouveau siècle des lumières, qui assume un progrès et une croissance qui respectent notre environnement.

Dès lors nous serions ambitieux, intelligents, précurseurs, innovants et marquerions notre époque. Les plus jeunes auraient aussi un objectif de vie plus intéressant que la présence et l’affirmation par la consommation, la compétition et la croissance économique dogmatique infinie qui reposent sur des conventions récentes, la situation actuelle actée nous y presse.

Les discours binaires qui consistent à taper systématiquement sur les messagers plus qu’à trouver des solutions devront cesser rapidement. Une réorientation sur la recherche d’un consensus politique vers une nouvelle définition des besoins réels et des limites est indispensable, dès lors une régulation positive émergera. Quand on ne fait pas partie de la solution on fait effectivement partie du problème. 

Y aurait-il des hommes et des femmes suffisamment visionnaires pour faire émerger ce monde-là? Si nous réfléchissions bien est-ce que l’humain dépend de son environnement ou l’inverse? Y a-t-il encore une économie sans environnement? L’enjeu est bien là et nous presse à devenir adulte rapidement.

David Guglielmina, 1920 Martigny
Top