Courrier des lecteurs

17.04.2021Bio-Suisse se tire une balle dans le pied!

Il y a une constance terrible: l’être humain précipite la planète dans le mur (changement climatique, disparition des insectes et des insectivores, biodiversité en péril, nouvelles maladies, etc.). L’humanité a joué aux apprentis sorciers en lâchant dans la nature des produits chimiques de synthèse polluant l’eau, la terre, l’air et toute vie. Ce qui nous gratifie de nombreux cancers divers. Même certains engrais chimiques de synthèse, comme le nitrate d’ammoniac, nous procurent le cancer du côlon. Les poissons ont disparu de tous les cours d’eau traversant des cultures et l’agriculture est la profession qui a le plus de morts par cancer!

Face à cette situation, sachant que la chimie se révèle très toxique également à dose homéopathique, il n’y a pas de demi-mesures ni de compromis possibles: nous devons voter oui aux deux initiatives environnementales le 13 juin. Or Bio Suisse, dont j’étais un membre actif fondateur, recommande deux fois non! Pincez-moi, je cauchemarde! En fait, leur seule motivation est l’argent, car ils craignent que les prix des produits bios baissent avec un oui à ces initiatives.

Pour avoir pratiqué cinquante ans ce métier et travaillé comme secrétaire syndical, je constate l’augmentation annuelle des ventes de produits bios et celle de nouveaux paysans. Leurs motivations, outre d’avoir la conscience en paix, demeurent l’obtention d’un salaire plus élevé et leur propre santé. Toutes les activités agricoles peuvent s’effectuer en bio. La Suisse, pays bio, serait un aimant à touristes. Les réticents à la reconversion sont juste prisonniers de leurs habitudes et craignent le changement. Aidons-les à changer le monde!

Donnons-leur un coup de main en votant oui à ces deux initiatives salvatrices de nos eaux, nos terres, notre air, notre santé et des futures générations.

Bernard Rappaz, 1914 Isérables
Top