02.12.2017Arsène Duc, la classe à l’état pur!

Je le connais… non pas de manière intime, certes mais j’ose l’affirmer: oui, je le connais de par les nombreux échanges, les moments partagés dans le cadre musical ou même professionnel. Durant près de deux décennies, j’ai pu découvrir, apprécier sa manière d’être avec son entourage direct ou son environnement plus large. Arsène Duc n’a jamais cherché le feu des projecteurs... Et le voilà malgré lui, sur le devant de la scène, en pleine lumière! Mais quelles sont les raisons de ce succès qui lui colle à la peau? Serait-il nanti de pouvoirs ou d’un talent hors du commun? De pouvoirs, certainement pas - Arsène n’a rien d’un sorcier - mais pour ce qui est du talent, effectivement, notre homme est verni. Cela ne suffit pas. Encore faut-il aimer le travail et les gens pour conduire un ensemble musical au sommet de la hiérarchie! A fil des années, le directeur chermignonard a pris de l’assurance et du galon forçant le respect et l’admiration de la quasi-totalité de celles et ceux qui l’ont côtoyé! Aujourd’hui, c’est un «Grand Duc» qui règne en maître dans le giron musical international ayant réussi de surcroît à réunir sous une même bannière Valaisia des représentants de fanfares et partis initialement antagonistes! «Ni Dieu, ni sorcier» disions-nous mais humain, profondément humain. Oui, la force première d’Arsène Duc, c’est son humilité. Les autres d’abord, lui ensuite! Voilà le leitmotiv de ce directeur de fanfare, alerte quinquagénaire qui nous gratifiera du meilleur, de longues années encore.
René Constantin, St-Léonard

Top